Cancer du Sein (31/03//2006)

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

COMPTE-RENDU DE LA 4ème RENCONTRE PATIENTES DU MOUSSEAU
vendredi 31 mars 2006

THEME : « LE CANCER DU SEIN »

INTERVENANTS :

Dr N. PERNIN Chirurgien sénologue
Dr P. AGRANAT Oncologue
Dr GAUTIER Oncologue médical
Dr MIGNOT Oncologue médical

Laboratoire
Association Parenthèse

INTRODUCTION :

Les Drs Pernin et Agranat remercient les nombreuses patientes qui, une fois de plus, nous sont fidèles lors de nos conférences trimestrielles.

Intervention du Docteur Gautier (Bligny) : le dépistage

Présentation des résultats 2005 et 2006 des tests de dépistage du cancer chez la femme. Le Dr Gautier nous fait part de l'utilité du dépistage par tranche d'âge dans le département, par vague de mammographie.

Constat et limites:

- insuffisance de participation individuelle. ( le dépistage a encore une image négative)

- délais entre diagnostic et mise en route du traitement encore trop long (2 mois)

-  surdiagnostic

- gestes invasifs trop importants encore

Il faut se poser les questions suivantes :

Que faire pour améliorer le dépistage tant organisé qu'individuel ?

Comment unifier ces dépistages ?

Comment aller voir les femmes marginalisées ?

Comment mieux informer sur les modalités de dépistage et les résultats ?

Donner les résultats

Comment accélérer les procédures entre diagnostic et traitement ?

Intervention du Dr Pernin sur le traitement chirurgical du cancer du sein

Le Dr Pernin fait apparaître plusieurs temps lors du traitement chirurgical, à savoir :

1er temps : entrée dans la maladie par le chirurgien, avoir un statut, un pronostic

2ème temps : traitement chirurgical qui peut être conservateur, radical ou adjuvant

3ème temps : geste chirurgical qui prend plus ou moins de temps (parfois en attendant l'examen extemporané)

4ème temps : pièce opératoire (quadrantechtomie) nécessité d'analyser afin d'élaborer un traitement

5ème temps : mastectomie, curage éventuel et reconstruction immédiate éventuellement

recherche du ganglion sentinelle (analyse des ganglions qui va permettre de s'orienter sur le ganglion le plus malade) par injection d'un produit

La nécessité de procéder à cette recherche apparaît désormais nécessaire car cela peut éviter les curages

La prise en charge doit être minutieuse à tous points de vue d'un bout à l'autre du traitement

Bonne chirurgie mais joli sein !

Soins pot-opératoires : kiné, infirmières, prothèses...

l'acte chirurgical n'est pas trop long, pas si simple, doit permettre d'être accepté par le malade (notamment avec l'aide des psychologues) afin d'accepter la maladie, faire le deuil du sein...

La prise en charge  est particulièrement bonne en France. Il faut donc faire confiance à l'équipe.

Le chirurgien ne fait pas tout, il doit être entouré par tous les partenaires. La prise en charge doit être pluridisciplinaire et reste un relais entre le diagnostic, celui qui fait le geste opératoire, l'oncologue..


Interventions de Mmes Schwab et Buxin (psychologue)

Proposition de groupes de paroles de patientes qui sera co-animé dès avril selon un calendrier précis.

Les patientes sont invitées à s'inscrire. Les Dr Pernin et Agranat s'occuperont de gérer les statuts des patientes.

Les dates sont les suivantes : de 14h à 16h

– vendredi 28 avril  2006

– vendredi 19 mai 2006

– vendredi 9 juin 2006

– vendredi 30 juin 2006

 

Intervention du Dr Mignot :(Institut Curie)

Comment vaincre le cancer du sein ?

Les thérapeutiques classiques permettent de réduire considérablement les récidives du cancer du sein. (chimiothérapie, radiothérapie, traitement hormonal...)

les thérapeutiques ciblées : chimiothérapie, traitement anti-hormonaux (en fonction de la sensibilité de la tumeur)

La chimiothérapie est de plus en plus efficace, les conséquences sont malheureusement toujours présentes, certains effets secondaires persistent.

Les antiaromatases permettent encore d'améliorer les guérisons

Il faut donc trouver des traitements ciblés (herceptin)

Des progrès incontestables en réduction du risque de rechute (graphique) sont constatés  en dépit d'un coût élevé notamment celui de l'herceptin  (37200 euros par an)

Constat : la mortalité descend dans tous les pays modernes (EU, GB France...)